Le sacré du Printemps 

Portée par la musique inspirée de Farshad Soltani, accompagnée par le chant mélodieux d’Emmanuelle Drouet, Annika Skattum montrait toute l’étendue de son art de « danseuse derviche ». Tantôt repliée sur elle-même, tantôt virevoltante, tantôt toute grâce, tantôt tout abandon, l’artiste se donnait toute entière. Le paroxysme fût atteint avec un duet aux percussions de Farshad et Emmanuelle. Inoubliable.

Elisabeth APPY